Les revenus des chaînes de télévision françaises s’établissent à 9,1 Md€ en 2014, en recul de 1,2% sur an, estime le CNC dans une nouvelle étude consacrée à L’économie de la télévision. La publicité représentait 35,4 % des recettes des chaînes de télévision, les abonnements 34,4 % et les financements publics 30,2 %.

Entre 2005 et 2014, l’offre télévisuelle a doublé en dix ans, le nombre de chaînes passant de 6 à 25 et le volume horaire de programmes diffusés passant de 102 000 heures à 210 000 heures.

La durée d’écoute quotidienne de la télévision diminue de 5 minutes à 3h41 en moyenne, mais de 11 minutes chez les 4-14 ans dont l’écoute s’établit à 1h58 par jour. Elle est stable à 5h02 chez les 50 ans et plus.

La part d’audience des chaînes nationales historiques est passée de 87,9 % en 2005 à 64,3 % en 2014 (-23,6 points) en raison du développement de l’offre de chaînes gratuites. Après 9 ans d’activité, les chaînes de la TNT captent aujourd’hui 20,2 % de l’audience de la télévision. Les chaînes payantes représentent quant à elles 13,3% de l’audience.

L’offre de films atteint un record (+118%) sur les chaînes nationales gratuites avec 3 897 diffusions de films comptabilisées sur l’ensemble de la journée et 1 765 diffusions de films en première partie de soirée (20h30-22h20). 43% de cette offre cinématographique revient aux films français contre 40,2 % pour les films américains.

Enfin, on relève que les chaînes de télévision ont investi 1,1 Md€ dans le financement de la production audiovisuelle et cinématographique en 2014 ; l’investissement dans la production audiovisuelle aidée par le CNC s’établit à 793,3 M€ , dont 85,5% au compte des chaînes nationales gratuites et 11,3 % pour les chaînes payantes.

Télécharger l’étude