Le cinéma suisse toujours en quête de leviers européens

Deux ans après leur exclusion du programme MEDIA/ Europe Créative, les professionnels suisses du cinéma se plaignent amèrement des “dommages collatéraux” intervenus suite à la votation du 9 février 2014 “contre l’immigration de masse”. L’Union européenne avait alors suspendu la participation de la Suisse aux programmes européens Horizon 2010 (recherche), Erasmus (formation) et Média (audiovisuel), aussi longtemps que le différend sur la libre circulation des personnes n’est pas résolu.

5 millions FS de mesures compensatoires

Selon le site d’information www.swissinfo.ch, qui a interrogé plusieurs personnalités du cinéma suisse, les “mesures compensatoires” instaurées par la Confédération ne suffisent pas à maintenir le cinéma suisse sur la carte du cinéma européen; 5 millions de francs suisses sont consacrés annuellement au soutien au développement de projets cinématographiques suisses, à la distribution de films européens, à la programmation des festivals, à la formation des professionnels, mais les films suisses restent bloqués aux frontières de l’U.E. La Suisse étant désormais considérée comme un pays tiers, les distributeurs européens ne reçoivent plus d’incitations à la sortie de films suisses, mis en concurrence avec ceux produits aux Etats-Unis, en Argentine ou au Japon.

La Suisse est considérée comme un pays tiers… C’est absurde, nous sommes au centre de l’Europe et notre histoire culturelle est indissociable de celle de nos voisins.

Ivo Kummer, chef de la section cinéma à l’Office fédéral de la culture.

Cet isolement est évidemment très préjudiciable à un cinéma – dont le niveau est “en moyenne mauvais”, selon le producteur Thierry Spicher – qui a besoin de s’intégrer dans le circuit international et le cycle des coproductions. C’est même fondamental pour un pays sans véritable industrie cinématographique, note le site www.swissinfo.ch.

Un nouveau régime pour stimuler les coproductions

Ainsi, l’Office fédéral de la Culture (OFC) lance-t-il dès juillet 2016 un nouveau régime d’encouragement dans le cadre d’un programme de « Promotion de l’investissement dans la cinématographie en Suisse » (PICS). Il devrait permettre de réaliser davantage de prestations techniques en Suisse lors de la production de films et d’attirer des coproductions étrangères en suisse. En voici les principales modalités:

  • La demande de soutien doit être introduite par une société établie en Suisse;
  • Le PICS concerne uniquement les films reconnus comme suisses ou coproductions suisses;
  • Les films doivent disposer d’un budget de production d’au moins 2,5 millions FS (500.000 FS pour les documentaires);
  • Les films de fictions exclusivement suisses doivent effectuer 80% de leurs dépenses en Suisse;
  • L’OFC finance 20% des coûts liés à la réalisation d’un film en Suisse par des entreprises établies en Suisse;
  • L’OFC finance jusqu’à 40% des coûts des prestataires techniques;
  • Le montant maximal d’une contribution du PICS est limité à 600.000 FS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s