Les films européens toujours marginaux sur les plateformes VOD

27% des films proposés par les principales plateformes de vidéo à la demande (VOD) disponibles en Europe seraient d’origine européenne, selon l’un des rapports publiés aujourd’hui par la Commission européenne (DG Connect) en prévision de la révision de la directive Services de médias audiovisuels.

71% des films proposés sur les 75 plateformes analysées par l’Observatoire européen de l’Audiovisuel seraient non européens et 59% d’origine principalement américaine. Quant aux films nationaux, ils ne compteraient que pour 8% dans les catalogues analysés.

On remarquera au passage que la proportion de films européens proposés aux spectateurs belges est de 29% sur iTunes, 38% sur Proximus TV et 64% sur UniversCiné; celle de films nationaux représente à peine 1% sur iTunes, mais 4% sur Proximus TV et 10% sur UniversCiné.

Une analyse portant sur la visibilité des films, menée en octobre 2015 en France, en Allemagne et au Royaume-Uni démontre par ailleurs que seule une minorité des films du catalogue (221 en France et 348 en Allemagne) fait l’objet d’une réelle promotion. Parmi ceux-ci, à peine un tiers des films promus étaient européens, les films américains représentant 55%. On remarque par ailleurs qu’en France et au Royaume-Uni 60% des films européens promus sont en fait nationaux, alors que la proportion nationale reste minoritaire en allemagne.

L’étude constate également que la vision de la télévison a atteint un plateau depuis 2012 en Europe pour se situer aux alentours des 3h43 par jour; la proportion de la consommation de télévision de rattrapage ayant augmenté, cela veut dire que la vision en direct est en déclin. Un déclin que l’on mesure d’autant plus auprès du jeune public qui regarde moitié moins la télévision que les groupes plus âgés.

Autre phénomène intéressant : la consommation de vidéo en ligne reste stable en termes de nombre de spectateurs et de temps qui lui est consacré, mais le temps dévolu à chaque vidéo a tendance à décroitre. Là aussi, le public deviendrait plus versatile.

L’étude apporte également quelques éléments sur la publicité en ligne, un marché en croissance de 11,6% en 2014, évalué à 27,2 milliards d’euros, juste derrière celui de la publicité à la télévision. Et l’on sait que Google représente à lui seul 3O% de ce marché en ligne au niveau mondial.

Consulter l’étude On-demand Audiovisual Markets In The European Union

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s