Si le cinéma d’animation représente 14,7% du marché cinématographique européen avec en moyenne 180 millions d’entrées par an, l’animation européenne compte seulement pour 20% du marché, révèle aujourd’hui une étude réalisée par l’Observatoire européen de l’Audiovisuel pour la Commission européenne. L’Europe tient la tête en nombre de films produits (107 films sur les 188 films sortis en 2014), mais les 44 films américains sortis cette année-là ont encaissé l’essentiel du box office 71,6%).

L’étude intitulée Mapping the Animation Industry in Europe, version finale d’un premier rapport présenté l’an dernier à Annecy, pointe paradoxalement l’animation comme étant le genre de programme circulant le mieux en Europe. En moyenne, une cinquantaine de films d’animation y sont produits chaque année.

Le secteur doit cependant relever de nombreux défis:

  • dans ce secteur mondialisé, les studios asiatiques passent de plus en plus du statut de sous-contractants à celui de coproducteurs;
  • le préfinancement des projets est de plus en plus sous pression; les revenus des diffuseurs stagnent et les chaînes pour enfants disposent de peu de moyens à investir dans des contenus originaux;
  • les services à la demande constituent un débouché important, mais seulement à moyen terme;
  • les producteurs doivent de plus en plus maîtriser la gestion des droits de propriété intellectuelle et établir des marques susceptibles d’attirer des partenaires dès la phase de développement.

Le rapport examine également les diverses sources de financement public pour les films d’animation et constate la multiplication des incitants fiscaux qui créent une concurrence entre les pays. Ils sont bien souvent considérés comme une alternative importante au déclin des investissements des chaînes de télévision.

De nombreux festivals, spécifiques ou généralistes, constituent enfin une importante vitrine pour le cinéma d’animation européen, élargissant son public vers les publics adultes et/ou de niches (documentaires d’animation).

L’étude qualitative publiée aujourd’hui repose sur une enquête menée auprès de 8.500 entreprises et professionnels de l’animation répartis dans 29 pays européens.

Challenges and opportunities for the European animation industry