Le cinéma belge francophone à l’heure du bilan

Avec un apport représentant 36,16% du budget de 12 films majoritaires reconnus comme belges, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, reste le premier partenaire financier du cinéma belge francophone, devant les producteurs eux-mêmes (18%) et le tax shelter (17,5%).

C’est le principal motif de satisfaction de sa directrice générale adjointe Jeanne Brunfaut qui présentait ce jeudi le bilan 2015 du CCA en présence de sa nouvelle ministre Alda Greoli qui a succédé il y a deux jours à Joëlle Milquet.

En 2015, une enveloppe globale de 29,77 millions € était mise à disposition du secteur, dont plus de 19,22 millions apportés par la Fédération et 10,5 millions investis par les éditeurs et distributeurs de services télévisuels en vertus de leurs obligations de contribution à la production.

139 projets de films aidés

La Commission de Sélection des Films, gérée par le CCA, a attribué 9,69 millions € à 139 projets dont 16 longs métrages de fiction en écriture, 8 longs métrages en développement et 27 longs métrages de fiction en production, 31 courts métrages, 47 documentaires, 2 projets d’animation TV, 8 films expérimentaux et 9 projets web.

Cinq longs métrages de réalisateurs confirmés ont fait l’objet d’une aide en 2015: La fille inconnue” des frères Dardenne et L’économie du couple de Joachim Lafosse, tous deux sélectionnés à Cannes, mais aussi les prochains films de Olivier Masset-Depasse (Irremplaçable), Marc-Henri Wajnberg (The perfect movie) et David Lambert (Troisième Noce); la relève n’est pas oubliée puisque l’on dénombre également 9 premiers films aides parmi lesquels Parasol de Valéry Rosier, Drôle de père d’Amélie Van Elmbt ou Make it better de Sarah Hirrt.

Capture_d_e__cran_2016-04-14_a___11.03.12_-_copie
« La fille inconnue » de Luc et Jean-Pierre Dardenne (Les Films du Fleuve)

L’incontournable télé

Du côté des diffuseurs, les principaux partenaires financiers des producteurs indépendants étaient bien sûr la RTBF (3,6 millions €), suivie par BeTV (3,2 millions €), Nethys/Voo (1,7 millions €) et Proximus (1,5 millions); Brutélé, Nethys et Proximus sont liés par des conventions avec la Fédération qui les engage à investir au moins 47% du montant total de leur obligation d’investissement dans des oeuvres de fiction belges francophones (3% dans des documentaires).

Du côté des séries télévisuelles, on notera par ailleurs que la dynamique amorcée par le Fonds FWB/RTBF pour les séries TV belges, doté de 3,19 millions , semble prendre avec en 2015 une aide au développement de 5 nouveaux projets et la mise en route d’une deuxième saison pour la série “Ennemi public” dont la première saison démarre ce 1er mai sur La Une.

Un petit mot pour le tax shelter, mécanisme d’incitant fiscal (fédéral lui), revu l’an dernier et qui fait des miracles pour le cinéma en Belgique; pas moins de 214 oeuvres ont été agréées et près de 100 millions € ont été levés l’an dernier .

L’accent sur la promo

A côté de cela, le grand chantier du Centre du Cinéma reste la promotion des films; un montant record de 1.051.616 euros a été consacré à la promotion de 31 longs métrages de fiction, 14 longs métrages documentaires et 56 courts et moyens métrages. Un nouveau plan de promotion lancé à Namur par la ministre Milquet fait connaître ses premiers effets : organisation de séances spéciales de proximité en Wallonie, avant-premières organisées pour les leaders d’opinion, diffusion de bandes annonces de films belges francophones dans tous les cinémas couverts par la régie publicitaire Brightfish.

Tout-nouveau-testament
« Le Tout Nouveau Testament » de Jaco van Dormael

Il s’agit en effet de doper la fréquentation des salles en faveurs de ces films ; si les films belges francophones ont collecté l’an dernier plus de 200 prix internationaux en festivals, les films d’initiative belge francophone sortis en 2015 dans les salles belges et françaises plafonnent à 1.312.960 spectateurs, dont 84% (1.100.000 entrées) pour le seul Tout Nouveau Testament de Jaco van Dormael… Il y a donc « de quoi faire » comme on dit.

Le Bilan 2015 (.pdf)

Le Communiqué de presse du Bilan 2015 (.pdf)

Les chiffres clés – présentation powerpoint du Bilan (.pdf)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s