Le Fonds européen d’investissement (FEI) lance la procédure de sélection des intermédiaires financiers habilités à bénéficier du mécanisme de garantie pour les secteurs culturels et créatifs.

Mandaté par la Commission européenne pour gérer le nouveau mécanisme de garantie des prêts aux entreprises culturelles et créatives, le Fonds européen d’investissement a publié cette semaine un appel à manifestation d’intérêt à destination des intermédiaires financiers.

Lancé officiellement le 30 juin dernier (voir le communiqué de presse), ce nouvel instrument financier créé dans le cadre du programme Europe Créative disposera d’une enveloppe de 121 millions € pour sécuriser jusqu’à 600 millions € de prêts aux entreprises culturelles et créatives d’ici 2020. Ces prêts devront être effectués par des institutions financières agréées par la FEI au terme d’un procédure qui débute cette semaine.

Les intermédiaires financiers visés sont des banques, institutions de crédit (publiques ou privées), sociétés de leasing, fonds ou encore des institutions et mécanismes de garantie établis au sein de l’U.E., en Islande ou en Norvège. Ils peuvent se faire connaître jusqu’au 30 septembre 2020 et seront sélectionnés selon un processus continu, sur base notamment de leur politique de gestion du risque, de prêts aux PME et de leur aptitude à gérer des portefeuilles de prêts aux entreprises du secteur culturel et créatif.

Le FEI négociera alors un accord de garantie avec les intermédiaires financiers sélectionnés. Ces intermédiaires devront fournir des rapports approfondis sur les produits financiers qu’ils proposeront et sur leur adoption par les bénéficiaires potentiels.

Le mécanisme de garantie en faveur des secteurs de la culture et de la création, dont la signature a lieu aujourd’hui, aidera les PME de toute l’Europe, qu’elles soient actives dans le monde du cinéma, des festivals, de la musique ou encore des musées, à se lancer et à se développer. Roger Havenith, directeur général adjoint du FEI

Le fonds de garantie du FEI offrira à ces institutions financières une couverture partielle du risque encourus sur ces prêts aux PME des secteurs culturels et créatifs (audiovisuel, cinéma, jeux vidéo, festivals, musique, littérature, patrimoine, arts du spectacle, arts visuels…). Plafonnée à 70% de l’investissement, la garantie du fonds est gratuite pour l’intermédiaire financier qui devra néanmoins conserver une exposition d’au moins 20% sur les montants engagés.

Il pourra par ailleurs bénéficier gracieusement d’une expertise sur des points cruciaux liés aux prêts au secteur culturel : évaluation des modèles d’entreprise et du risque de crédit, recours aux actifs immatériels (droits de propriété intellectuelle), etc… Ces activités de « renforcement des capacités » (capacity building) prendront la forme de formations, de séminaires et d’ateliers prodigués par des sociétés de consultance qui seront elles aussi sélectionnés par appel d’offres.

Appel à manifestation d’intérêt