Un plan de réorganisation approuvé pour Corsan

Grâce à l’appui d’une majorité de ses créanciers, la société de production anversoise Corsan échappe provisoirement à la faillite.

A l’origine de productions très populaires au nord du pays, Corsan avait levé plusieurs dizaines de millions d’euros via l’apport en tax shelter de très nombreuses entreprises et professions libérales de Flandre. Mais de nombreux clients reprochaient à l’entreprise de ne pas respecter ses obligations contractuelles : artistes ou prestataires, plus de 1.300 créanciers réclameraient leur dû pour un montant dépassant les 200 millions. d’euros. Certains investisseurs tax shelter se plaignaient également de ne pas obtenir in fine les fameuses attestations nécessaires à l’obtention de l’avantage fiscal.

La société de production a récemment demandé et obtenu du tribunal de commerce d’Anvers d’être protégée de ses créanciers. Ces derniers ont approuvé aujourd’hui le plan de réorganisation qui a été établi, éloignant pour l’heure le spectre d’une faillite.

Corsan reste néanmoins sous le coup d’une enquête de l’Inspection spéciale des impôts (ISI) qui lui réclame un montant de 48 millions d’euros.

Selon son CEO, Paul Breuls, la société a trois nouveaux projets de films internationaux en préparation et vient de lancer la distribution mondiale de sa dernière production, le long métrage « Emperor ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s