(Communiqué de presse – Wallimage)

Pour sa dernière session de financement de l’année 2016, le CA de Wallimage a choisi de soutenir NEUF projets aux spécificités très diverses, mais qui ont tous des implications déterminantes sur l’économie de la Région wallonne qui investira 2.180.000 € pour des retombées officiellement annoncées à plus de 10 millions. Au programme, deux films majoritaires et des coproductions internationales très variées.

Tourné en région liégeoise en mai prochain, Duelles (Versus) sera le troisième long métrage d’Olivier Masset Depasse. Au coeur de ce drame psychologique qui vire au thriller machiavélique, deux actrices d’exception: Anne Coesens et Veerle Baetens. Comme tous les projets qui suivent, ce film sera essentiellement postproduit en Wallonie.

Également localisé le long de la Meuse, John Cockerill toute une histoire est un documentaire consacré au grand industriel. En creux, on y découvrira l’histoire de la sidérurgie en Wallonie. Pour tourner ce document, Les Films de la Passerelle a réuni une équipe technique essentiellement régionale sous la houlette du réalisateur Bernard Balteau.

L’extraordinaire voyage du fakir est une curiosité: une coproduction entre la France, la Belgique (Scope pictures), mais aussi l’Italie et… l’Inde. Cette adaptation d’un best-seller mondial , jouira d’un casting international flamboyant sous la direction du Canadien Ken Scott, à qui on doit l’irrésistible Starbuck. Le film sera en partie tourné chez nous (alors que l’action ne s’y déroule pas). Pierre Mertens dirigera la filière son et Philippe Ravoet montera le film.

Conscient de la raréfaction des coproductions avec la France, de nombreux producteurs se tournent désormais vers d’autres pays. Dans le cas de Liliane Susewind, il s’agit de l’Allemagne : une démarche naturelle pour le nouveau venu Velvet film dirigé par Sebastian Schelenz. Ce long métrage pour enfants (mais pas en animation) est adapté d’une série de livres à succès. Une dizaine de jours de tournage, Benuts travaillera sur les effets spéciaux tandis que Genval-les-Dames se consacrera au doublage.

Sur le petit écran, les séries télé deviennent, petit à petit, la friandise préférée des spectateurs à travers le monde. Panache tentera de le confirmer en s’associant au producteur helvète PointProd pour le prometteur Quartier des banques. En vedette, une comédienne belge, très active sur les planches, mais qu’on a aussi aperçue dans Ennemi Public. Laura Sepul partagera le générique avec Lubna Azabal. Vincent Van Gelder filmera ce thriller financier tandis que Sonicville, Mikros et Ecoute une fois seront en charge de la finition son et images.

Sur un schéma plus atypique, Netflix va, pour la première fois, coproduire un long métrage en Belgique. Il s’est, pour cela, associé à Fontana qui se retrouve paradoxalement à la tête d’un film 100% belge dans son financement ! Quelle responsabilité ! La femme la plus assassinée du monde sera tourné à Liège (minus quatre jours à Paris pour les extérieurs) et interprété par Anna Mouglalis et Niels Schneider.

Le cofinancement des œuvres d’animation est depuis longtemps une des priorités de Wallimage au point de disposer d’une ligne propre, en pleine euphorie. Pour cette seule session de novembre 2016, TROIS projets ont été retenus par le conseil d’administration, très emballé à l’idée d’aider le secteur à se structurer plus efficacement.

Ici, le dossier le plus excitant est peut-être bien Fritzi était là, un long métrage d’animation coproduit par l’Allemagne, la Tchéquie et la Belgique. C’est Artémis qui a mis la main sur ce très beau projet qui se déroule juste avant la chute du mur de Berlin. Les dépenses effectuées en Wallonie sont très structurantes pour Digital Graphics, une société liégeoise en plein renouveau. Le film sortira en 2019 pour les commémorations.

Il a aussi été décidé de cofinancer la fabrication des 52 épisodes en 3D de la deuxième saison de Boule et Bill coproduite par Belvision. La première a été un immense succès commercial et plus d’un million et demi d’euros seront investis dans les studios Dreamwall qui travailleront sur le projet durant six mois. Un dossier classique dans la plus belle acception du terme.

Pour la toute première fois, uMedia nous a aussi amené une série d’animation. Il s’agit de 52 épisodes de 7 minutes ludiques et pédagogiques qui forment la deuxième saison de Miss Milly Questions. Grâce à ce montage, le studio wallon Waooh ! va pouvoir collaborer aux story-boards, à l’animation de 50% des épisodes, mais aussi aux compositings et au rendu. Un projet capital pour les Liégeois qui se concentrent bon an mal an sur une grosse production. Celle-ci les occupera en 2017 !

Pour plus de renseignements, cliquez ici