24 bandes dessinées francophones ont fait l’objet d’une adaptation en films, téléfilms et dessins animés en 2016, note l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD) dans son rapport annuel compilé par Gilles Ratier.

Au moins 5 films de long métrage sont sortis des cases du 9ème Art : Au nom du fils d’après Clément Belin et Serge Perrotin, L’Invitation d’après Jim, Polina, Danser sa vie d’après Bastien Vivès, Rosalie Blum d’après Camille Jourdy et Tamara d’après Christian Darasse et Zidrou.

Pas moins de 19 séries d’animation ont par ailleurs porté au petit écran des personnages emblématiques de l’univers BD : Allez raconte !, Blaise, Boule et Bill, Chronokids, Les Dalton, Drôle de manoir, Grabouillon, Kinky & Cosy, Lanfeust Quest, Lastman, Marsupilami, Pandas dans la brume, Papyrus, Salaire net et monde de brutes, SamSam, Silex and the City, Titeuf, Tu mourras moins bête, Wakfu

« L’inverse est également vrai », relève Gilles Ratier : « des auteurs de bandes dessinées passent derrière la caméra ou sont l’objet de documentaires filmés largement diffusés », dans « un va-et-vient continuel qui stimule le commerce des albums de bande dessinée et de leurs dérivés, et vice versa ».

Consulter le rapport (ACBD) : 2016 : l’année de la stabilisation

rapport2016couv-212x300