La RTBF ne commercialisera pas les écrans publicitaires de TF1

Le Conseil d’administration de la RTBF a refusé ce mercredi de donner mandat à son administrateur général Jean-Paul Philippot pour entamer des discussions avec la chaîne de télévision française TF1 ; pas question dès lors pour la RMB, la régie publicitaire de la chaine publique, de commercialiser les écrans publicitaires belges de la chaine commerciale française.

Cette éventualité avait été évoquée par Mr Philippot afin de limiter l’impact des ponctions de TF1 sur le marché publicitaire belge : perte de parts de marché, baisse des prix des spots, fin des accords de primodiffusion pour certains programmes achetés par les deux chaines. Vendredi dernier, devant les administrateurs de la RTBF, Jean-Paul Philippot avait évalué l’impact pour sa chaîne à une perte d’au moins 100 emplois à temps plein. La prise en régie des écrans publicitaires belges de TF1 aurait permis de limiter la casse, quitte à « faire entrer le loup dans la bergerie ». Mais à l’issue de plus de trois heures de débats, le Conseil d’administration a décidé, par sept voix contre et six abstentions, de ne pas suivre cette proposition.

Des conséquences négatives pour les deux opérateurs

Plus tôt dans l’après-midi, interpellé au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le ministre des médias Jean-Claude Marcourt avait déploré les positions de principe contradictoires de la RTBF et de RTL qui « empêchent de trouver une solution ». « La RTBF pense que TF1 arrivera dans tous les cas de figure », a-t-il expliqué alors que pour RTL-Belgique, cette perspective doit à tout prix être évitée. Les relations entre les deux diffuseurs belges étaient dès lors à couteaux tirés, RTL vivant les velléités de la RTBF comme un acte d’hostilité. « Il faut voir quelles sont les conditions les moins pénibles pour les deux opérateurs, dans le respect des règles de concurrence » qui interdisent tout cartel, a ajouté le ministre. « Si TF1 choisit la régie flamande Transfert (l’une des options qui reste sur la table), il y aura des conséquences négatives pour les deux opérateurs ».

Pas de séisme à craindre, selon TF1

Accusé de passivité par le député Olivier Maroy, Jean-Claude Marcourt a répliqué être dans l’attente des conditions que mettra le CSA français aux décrochages publicitaires belges de TF1. L’autorisation va arriver, lui aurait assuré le PDG de la chaine française, Gilles Pélisson, lors d’un contact téléphonique ce lundi.

Dans une interview au quotidien économique L’Echo, ce dernier estime que TF1 pourrait valoriser sa part de 15% d’audience Belgique à hauteur de 10 à 20 M€ maximum ; « parler de séisme, c’est surréaliste, … notre arrivée va faire grossir le gâteau publicitaire en télévision qui, comme je l’ai dit, est sous-exploité ». Gilles Pélisson pointe également les nombreuses interactions possibles entre les marchés français et belge « via de la coproduction, des échanges publicitaires, des achats de programmes, … Nous coproduisons 80 téléfilms francophones par an dont une bonne partie avec la Belgique ». En 2015, TF1 a du reste racheté la société de production Newen, « qui produit déjà en Belgique. Nous sommes de plus en plus intéressés par la production ».

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s