La Fédération européenne des réalisateurs (FERA) a lancé ce 19 avril un appel à rééquilibrer les actions du programme MEDIA directement en faveur des créateurs eux-mêmes et plus particulièrement des réalisateurs de cinéma et de télévision.

Selon le président de l’association, Dan Clifton, « les réalisateurs de cinéma et de télévision sont au cœur de notre secteur audiovisuel. Pour qu’il continue à croître et à prospérer, Europe Créative devrait faire en sorte de promouvoir et soutenir l’art de la réalisation sous toutes ses formes à travers l’Union européenne. » Le futur programme MEDIA doit, dès lors, renforcer sa focalisation sur les talents et la création qui sont à la base de la haute qualité des projets qu’il soutient, estime la FERA.

Tout en reconnaissant l’importance du programme MEDIA et de ses réalisations, dans sa contribution à l’analyse à mi-parcours du programme européen, la Fédération européenne des réalisateurs propose plusieurs initiatives en ce sens.

Prioritairement, elle suggère d’instaurer dans MEDIA un mécanisme de soutien à la mise en réseau des créateurs, comme il en existe un dans le volet Culture d’Europe Créative. « Des forums où les réalisateurs européens de cinéma et de télévision peuvent explorer conjointement des manières innovantes de répondre aux évolutions du secteur sont nécessaires. Cette faculté est actuellement proposée uniquement aux autres catégories de professionnels dans une approche purement B2B », constate la FERA.

Un accès individuel aux aides au développement

Les initiatives de formation devraient par ailleurs être mieux adaptées aux besoins des créateurs et réalisateurs, lesquels devraient également avoir accès individuellement aux aides au développement ; «il est nécessaire d’introduire de la flexibilité dans le soutien au développement afin d’inclure les projets initiés individuellement par des réalisateurs et d’autres auteurs audiovisuels », à l’image des aides à l’écriture du CNC. La Fédération plaide aussi en faveur d’un mécanisme permettant aux talents émergents d’expérimenter un premier film ou un contenu web à petit budget, en ce compris sa distribution et sa promotion, sur les plateformes numériques.

D’une manière générale, le programme MEDIA devrait aussi s’assurer de la rémunération et des conditions de travail équitables faites aux réalisateurs et aux créateurs impliqués dans les projets qu’il soutient et inclure des critères d’égalité de genres dans ses évaluations.

La FERA se place ainsi en ligne avec les demandes du Parlement européen à la Commission européenne en faveur d’ « un meilleur équilibre entre les composantes artistiques et créatives et les aspects managériaux et innovants des projets » dans les deux sous-programmes (Culture et MEDIA) et les grilles d’évaluation.

Lire aussi :