Recentrage sur l’info et le décryptage de l’actualité, succès des fictions belges, réinvestissement du monde culturel, forte présence dans les droits sportifs, Jean-François Raskin, président du CA, et Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF, dressent le bilan de l’année 2016 pour le service public de radio-télévision.

Une année également marquée (entre autres) par un record d’audience en télévision avec 24,6% de parts de marché (4+),  un leadership en radio avec 1,85 million d’auditeurs par semaine et le lancement de la plateforme de rattrapage Auvio.

Rapport annuel 2016 from RTBF.be on Vimeo.

Sur base d’une étude du cabinet de conseil Deloitte, la RTBF revendique par ailleurs un impact économique plus de deux fois supérieur au montant de ses subventions : avec une dotation de 241 M€, elle génère un impact économique brut de 668 M€ au niveau national et de 541 M€ en Wallonie et à Bruxelles. Ses effectifs sont cependant toujours en baisse passant de 2.045 en 2012 à 1.875 en 2016.

impact_eco-300x300

 

Au niveau de ses filiales, on notera par ailleurs que l’opérateur tax shelter de la RTBF, Casa Kafka Pictures, a levé en 2016 un montant total de 18.233.419 € réparti sur 61 œuvres dont 35 sont des majoritaires belges (Faut Pas Lui Dire, Troisièmes Noces , Seule à mon Mariage, La Trêve 2, Unité 42) et a conclu 13 nouvelles collaborations avec des producteurs audiovisuels.

En termes financiers, la RTBF a enregistré l’an dernier un résultat d’exploitation positif pour la dixième année consécutive à 7,9 M€. Son résultat courant s’établit à 4,4 M€ contre 2,5 M€ en 2015, le résultat de l’exercice s’établissant à 4,2 M€, en amélioration de 2,2 M€ par rapport à 2015.

Le site http://www.rapportannuelrtbf.be/