Alors que se tient à Cannes une nouvelle édition du Forum du cinéma européen et à la veille d’un Conseil des ministres de la Culture à Bruxelles, 87 réalisateurs lancent ce 22 mai un Appel des cinéastes européens « afin de repenser et reconstruire une politique culturelle exigeante et ambitieuse, adaptée au numérique, à son économie et ses usages, qui valorise les oeuvres et mette les créateurs au coeur de son action ».

Les cinéastes, au nombre desquels figurent notamment Costa Gavras, Agnès Jaoui, Stephen Frears, Cristian Mungiu, Volker Schlöndorff, et les frères Dardenne, mettent la priorité sur le financement et le développement des films européens en sanctuarisant le principe de la territorialité des droits. Le maintien de ce principe est présenté comme « une urgence », car « elle structure et garantit le haut niveau de financement des oeuvres en Europe, en particulier pour les cinématographies les plus fragiles et les coproductions européennes ».

Les signataires souhaitent également que l’Union européenne reconnaisse aux cinéastes « un droit inaliénable à rémunération lorsque leurs oeuvres sont exploitées sur des plateformes en ligne » et encourage la transparence et une rémunération des auteurs proportionnelle au succès du film.

Nouveau Far-West

Selon les cinéastes, il est par ailleurs grand temps d’intégrer les géants de l’Internet dans la création européenne: l’Europe devrait ainsi « rapidement mettre en oeuvre des engagements de financement et de diffusion vis-à-vis de la création européenne, sans possibilité de contournement ». Les conditions d’un jeu concurrentiel plus juste et durable entre tous les opérateurs passera également par une équité fiscale. « L’Europe n’est pas un nouveau Far-West, sans foi ni lois : elle doit veiller à appliquer les mêmes règles à l’ensemble des diffuseurs, plateformes, sites de partage ou réseaux sociaux ».

L’exposition et la valorisation des oeuvres sur tous les supports, de la salle aux services VàD, sont également pointées comme une priorité, afin de répondre aux attentes des spectateurs et de contrer le piratage. « Le développement d’outils de référencement des films légalement accessibles doit être accéléré », estiment les cinéastes qui appellent à des actions collectives concertées au niveau européen.

Lire le texte de l’appel des cinéastes