L’Autorité belge de la Concurrence lève partiellement les conditions de comportement imposées il y a 20 ans à Kinepolis.

A la demande du groupe Kinepolis, l’Autorité belge de la Concurrence a décidé aujourd’hui d’assouplir les « conditions de comportement » qui lui ont été imposées en 1997 et de ne plus soumettre à partir du 31 mai 2019 l’ouverture de nouveaux complexes cinématographiques en Belgique à son autorisation préalable.

« Compte tenu de la structure actuelle du marché, le Collège de la concurrence de l’Autorité belge de la Concurrence (ABC) a décidé le 31 mai 2017 de lever, avec effet au 31 mai 2019, la condition relative à l’obtention de l’autorisation préalable par l’ABC en cas de croissance interne », annonce l’organisme.

« Les concurrents actuels de Kinepolis ne sont plus les plus petits concurrents locaux (souvent des entreprises familiales) de 1997, mais sont des exploitants de cinéma plus fortement ancrés, avec une implantation géographique plus étendue, et qui dans certains cas font partie de groupes internationaux avec une capacité financière comparable, voire supérieure, à celle de Kinepolis, constate l’ABC. « En outre, la numérisation avancée des films projetés au cinéma entraîne une réduction des barrières à l’entrée et aux extensions, étant donné que la limitation du nombre de copies de films mis en circulation par les distributeurs n’existe plus« .

L’Autorité de la Concurrence maintient pourtant une période transitoire de deux ans afin de « contrer les éventuels effets perturbateurs sur le marché » et d' »offrir aux concurrents de Kinepolis le temps nécessaire pour planifier des investissements et pour développer des projets rentables sur des marchés qui ne sont pas encore saturés« .

Pendant les trois prochaines années (période extensible), une approbation préalable de l’Autorité de la Concurrence restera cependant requise en cas de reprise de complexes cinématographiques en Belgique. Il est également interdit à Kinepolis de demander des exclusivités ou des priorités aux distributeurs de films et de passer des accords de programmation avec des exploitants de salles indépendants. Au terme de cette période de trois ans, Kinepolis pourra introduire une nouvelle demande de levée entière des conditions de comportement.

Kinepolis va à présent examiner et évaluer plus en détail la décision, annonce son communiqué.

Communiqué de l’ABC

Communiqué de Kinepolis