A la fin de 2016, environ un tiers de l’ensemble des chaînes de télévision et services à la demande établis dans l’UE ciblaient spécifiquement des marchés étrangers, relève un nouveau rapport publié par l’Observatoire européen de l’Audiovisuel.

Sur la base d’informations fournies par la base de données MAVISE, le rapport fournit un état des lieux du paysage européen des médias audiovisuels; il cartographie l’origine des services linéaires et à la demande ainsi que leur circulation et se concentre sur les services visant spécifiquement d’autres pays.

Ces services appartenaient à 44 sociétés mères, dont 26 étaient d’origine européenne, 15 provenaient des États-Unis, et trois étaient d’origine « autre ».

Ces services étrangers pèsent parfois d’un poids significatif sur les marchés nationaux visés ; dans sept marchés européens, – Hongrie, Pays-Bas, Suède, Communauté française de Belgique, Danemark, Suisse francophone et Norvège-, la part d’audience cumulée de ces services de télévision représentait plus de 20 % de la part d’audience totale. Dans le cas de la Belgique francophone, cette part de marché est évaluée à 28,1% (4,9% côté néerlandophone).

Comme on pouvait s’y attendre, avec 758 chaînes, le Royaume-Uni constitue le principal « hub » des services audiovisuels linéaires et à la demande ciblant des marchés étrangers, suivi notamment par la France (77), les Pays-Bas (73) et le Luxembourg (64).

Plusieurs acteurs majeurs de services à la demande payants originaires des États-Unis ont établi des filiales en Europe, à partir desquelles ils gèrent leurs services ciblant d’autres marchés nationaux, par exemple Amazon, Netflix et iTunes.

La Belgique francophone visée prioritairement par 13 chaînes étrangères

Le rapport distingue deux types de pays ciblés par des chaînes étrangères : d’une part, les marchés audiovisuels au sein de régions présentant une proximité culturelle et linguistique avec le pays d’origine des services (le cas de la Belgique) et, d’autre part, les marchés nationaux plus vastes, tels que l’Allemagne, la France et la Pologne.

Selon le relevé de l’Observatoire, la Belgique francophone serait visé prioritairement par 13 chaînes étrangères, auxquelles s’ajoutent 22 chaînes à titre accessoire. En Flandre, ce nombre est de 4 chaînes à titre primaire et 32 chaînes à titre secondaire.

L’accès aux services audiovisuels était très variable d’un pays européen à l’autre, atteignant en moyenne de 330 à 600 chaînes de télévision dans deux tiers des pays de l’UE. Dans plus de deux tiers de ces mêmes États, les téléspectateurs avaient accès à de 100 à 150 services audiovisuels à la demande (hors services de rattrapage).

Communiqué de l’Observatoire européen de l’Audiovisuel

Télécharger le rapport (PDF -EN – Gratuit)