L’Europe, la fiction, le documentaire et les expériences numériques resteront les points forts de la chaîne culturelle franco-allemande qui présentait aujourd’hui sa grille de rentrée.

L’originalité de ses fictions et mini-séries constitue l’un des principaux attraits de la chaîne qui entend bien poursuivre dans cette voie. Véronique Cayla, sa présidente, a ainsi annoncé que d’ici deux ans ARTE diffuserait une dizaine de séries de fiction inédites provenant de dix pays européens, dont la Norvège, la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Espagne et la Belgique. Sans compter évidement les nombreuses coproductions franco-allemandes.

Plusieurs séries attrayantes sont déjà au menu de la prochaine saison, dont la deuxième saison de la série australienne de Jane Campion, Top of the lake, avec Elisabeth Moss et Nicole Kidman. Nouvelles fournées également pour la série norvégienne Occupied ou la série humoristique de Jean-François Halin Au service de la France (12 x 30′), coproduite en Belgique par Scope Pictures. ARTE annonce aussi la diffusion de Transferts (6 x 60′), d’Olivier Guignard et Antoins Charreyron, coproduite en Belgique par Be-Films et désignée meilleure série francophone lors de la dernière édition de Séries Mania. Le line-up comporte également les mini-séries King Kong (3 x 43′) de Simon Jablonka et Alexis Le Sec, Fiertés (3×52′) de Philippe Faucon, Aurore (3 x 52′) de Laëtitia Masson ainsi que la série québecquoise Fatale Station (10 x 45′) de Stéphane Bourguignon.

ARTE, qui souhaite multiplier les séries documentaires telles que Vietnam de K.Burns & L.Novick, annonce également la diffusion le 3 octobre du documentaire de Jérôme Le Maire sur le stress en milieu hospitalier, Dans le ventre de l’hopital, une coproduction avec AT-Doc, la RTBF et la télévision suisse. Le 26 septembre, on verra La rançon, enquête de Rémi Lainé consacrée au business des otages, coproduite en Belgique par Stenola Productions et la RTBF. Est également annoncé le documentaire d’André Chandelle et Patrick Remacle, Mexique. Entre les Narcos et l’Etat, également coproduit par la RTBF.

Des plateformes numériques renforcées

Alors que 85% des programmes qu’elle diffuse sont européens, ARTE poursuivra sa politique de diffusion à travers l’Europe via sa plateforme ARTE+7 disponible en 5 langues; l’an prochain, une sixième langue viendra s’y adjoindre avec l’italien. La chaîne franco-allemande qui, selon les dires de Véronique Cayla devient peu à peu européenne, nourrit également des ambitions dans le cinéma et étudie l’option d’une plateforme dédiée au cinéma d’auteur européen. Des plateformes numériques sont également envisagées pour la musique classique et la culture des jeunes génération avec EducARTE.

ARTE entend bien renforcer par ailleurs sa présence sur tous les supports numériques, en particulier sur les réseaux sociaux, qui touchent d’autres publics, notamment les plus jeunes. La refonte de notre offre numérique, simplifiée et harmonisée, répond aussi à cette exigence, a expliqué Véronique Cayla.