Alors que TF1 se profile en concurrence frontale sur le marché belge, la filiale belge du groupe RTL a enregistré au premier semestre une baisse de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices. En cause : la baisse du marché publicitaire en télévision.

Sur les six premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires de RTL Belgique a reculé de 7,7% à 96 M€ tandis que son bénéfice avant impôt est passé à 19 M€, soit une baisse de 24%. Ce mauvais résultat est imputable à la baisse de la publicité télévisée sur le marché belge, non compensée par la progression de la pub en radio.

Le rapport intermédiaire du Groupe pointe cependant une légère progression des parts d’audience des chaînes RTL belges s’établissant à 36,9% sur son groupe cible (18-54 ans) en prime time. Elles creuseraient ainsi l’écart sur les chaînes publiques (+18,2%), RTL-Tvi enregistrant par ailleurs avec 27% de part d’audience une avance de 11,8% sur TF1. En radio, la part d’audience combinée des émetteurs de la famille RTL atteint 28,1%.

Du côté du groupe luxembourgeois, on affiche une hausse de 3,5% du chiffre d’affaires au premier semestre 2017 à 2,97 Md € pour un EBITDA de 626 M€. Ce résultat satisfaisant est dû largement aux bonnes performances des filiales allemande (RTL Deutschland) et françaises (M6), du secteur de la production (FremantleMedia) et des activités numériques. »On reste confiant sur le chiffre d’affaires qui devrait augmenter de 2,5%à 5% en 2017, a déclaré le co-CEO de RTL Group Guillaume de Posch. Il place de grands espoirs dans le numérique puisque son groupe a pris le contrôle de la plateforme de publicité programmatique SpotX, ainsi qu’une part de 15,01% dans la société israélienne Inception, spécialisée dans la réalité virtuelle. « Dans le numérique, il faut être fort dans deux secteurs: la production et l’agrégation de vidéos et la monétisation des vidéos« , a encore expliqué Guillaume de Posch.

Le rapport du 1er semestre 2017