Dans le cadre du plan ‘#Evolve’ avalisé mercredi par son conseil d’administration, RTL Belgium va licencier 105 personnes parmi son personnel et les pigistes. Pour ceux qui restent, de grands changements sont à prévoir dans les méthodes et l’organisation du travail.

Le plan de transformation #Evolve, annoncé il y a plusieurs mois, se transforme en véritable plan de restructuration, accompagné d’une procédure dite « Renault », qui touchera 105 personnes parmi les salariés et les pigistes de la chaîne commerciale qui compte aujourd’hui 800 collaborateurs.

La direction évoque plusieurs motifs à cette restructuration sévère : l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire belge francophone, bien sûr, mais aussi la régression de ce même marché en télévision, la concurrence des plateformes numériques locales (Voo, Telenet, Proximus) et globales (Netflix), ou encore les conditions très favorables faites au service public (RTBF), notamment pour la production de contenus locaux (les séries belges).

Rattraper le retard dans le numérique

A l’heure où elle fête précisément sont 30ème anniversaire, RTL Belgium se rend compte que le contexte a changé, tout comme les modes de consommation du public, et qu’elle a pris un certain retard dans le numérique. C’est ce qui motive aussi des changements annoncés dans les méthodes et l’organisation de travail : une « plateforme interne de production unique multitâches, multimarques et multimédias » va se mettre en place, tandis que le traitement de l’information s’organisera « sur le principe Fast News/Slow News afin de s’adapter à une demande d’informations à la fois réactive et explicative sur l’ensemble de nos médias », annonce la direction.

La chaîne va s’attacher au lancement d’un nouveau service de catch-up (rattrapage), gratuit et financé par la publicité ciblée. Les régies publicitaires vont par ailleurs être fusionnées afin de pouvoir proposer aux annonceurs une offre commerciale intégrée TV+Radio+Digital.

« Pour que RTL reste dans les dix prochaines années une société qui continue à faire ce qu’elle fait au niveau de la production locale, du ‘news local’ qui met en valeur les talents de la Communauté française de Belgique, il fallait changer des choses rapidement », a justifié jeudi matin sur les ondes de Bel RTL le CEO de RTL Belgium, Philippe Delusine.

Une procédure d’information et de consultation des représentants du personnes, prévue par la loi dite « Renault » en cas de licenciement collectif, va être enclenchée. Mais du côté du personnel « les travailleurs sont en colère, déçus et abattus, explique-t-on du côté syndical ou on parle de « drame social ». Le personnel comprend difficilement qu’il doive aujourd’hui faire les frais d’un contexte connu de longue date alors qu’il a toujours fait remonter, depuis de nombreuses années, de plantureux bénéfices vers les actionnaires de RTL.