A l’issue de sa quatrième session de soutien 2017, Wallimage soutiendra sept nouveaux projets (longs métrages de fiction, documentaires, séries tv), dont quatre majoritaires et trois 100% wallons. Son investissement s’élève à 1.075.000 € pour 6,7 M€ de dépenses attendues en Wallonie.

Le fonds régional wallon financera ainsi le projet « Megalomaniac » du réalisateur liégeois Karim Ouellaj auquel on doit déjà quatre courts métrages (Parabola, Le repas du singe, Une réalité par seconde, L’oeil silencieux). Ce film de genre totalement belge fera partie d’un diptyque produit par Les Films du Carré.

Toujours à Liège, Les Films de la Passerelle produisent le documentaire d’Idris Gabel  » L’enfance déracinée », qui revient sur le parcours tragique de ces enfants migrants, venus de Tchétchénie, d’Afghanistan, du Kosovo, d’Irak ou de Syrie, fuyant la guerre et les persécutions. Comment se reconstruire après ça? C’est le questionnement auquel renvoie ce documentaire à petit budget, également soutenu par la Croix Rouge et la RTBF.

Filiale du groupe Dame Blanche (Genval), la société de production Agent Double propose quant à elle une série documentaire intitulée « H.A.N. », consacrée à la vie des Rangers dans le parc animalier de Han. Le projet sera confié à Sébastien Derave qui a déjà réalisé plusieurs documentaires pour le Jardin extraordinaire de la RTBF.

Wallimage cofinance également le long métrage du réalisateur français Philippe Lyon, « Plein la vue », produit par Tarantula; cette comédie sociale suit deux zonards qui prestent des travaux d’intérêt général dans un institut pour aveugles. Son tournage (avec notamment Thomas Mustin, alias Mustii) vient de s’achever à Liège, Jemeppe et Verviers et sa postproduction sera réalisée au Pôle Image de Liège.

Toujours dans la fiction, « Dreamland » est un film de genre du réalisateur canadien Bruce McDonald (Pontypool), coproduit par le Canada (Goodbye Productions), le Luxembourg (Calach Films) et la Wallonie (Velvet Films). Une partie du tournage de ce film – qui met en scène les derniers jours du trompettiste de jazz Chet Baker dans une atmosphère de polar noir – aura lieu en Belgique et au Luxembourg entre novembre et décembre prochain, avec de nombreux techniciens et prestataires régionaux.

Coté séries télévisées, Wallimage monte à bord de la série « Les Rivières Pourpres » (8 x 52′), adaptée du roman éponyme de Jean-Christophe Grangé; le héros Pierre Niémans est campé par Olivier Marchal, flanqué d’une équipière incarnée par Erika Sainte. La production est assurée par Europa Corp pour France Télévisions, en partenariat avec Umedia en Belgique et Maze Pictures en Allemagne. La réalisation sera assurée par Ivan Fegyveres, Julius Berg et Olivier Barma, avec le concours du chef opérateur wallon Bruno Degrave.

On termine par une série d’animation, « Abraca », qui plongera un duo de jeunes gens intrépides dans un monde de contes de fées. La série est issue de l’univers décalé et loufoque des jeux vidéos éponymes développés par la société française Ankama (Roubaix) associée pour le coup à Belvision et aux studios Dreamwall.

Prochaine session

Pour la dernière session Wallimage de l’année, la date limite de dépôt des dossiers est fixée au 20 novembre 2017. Les rencontres avec les producteurs auront lieu le 30 novembre en vue d’une décision par le CA le 11 décembre.