Dans un marché publicitaire TV en baisse de 7,8%, RTL Belgium a enregistré une baisse de ses recettes de 4,3% pour les 9 premiers mois de l’année à 135 M€, contre 141 M€ sur la même période en 2016, apprend-t-on à la lecture des derniers chiffres publiés hier par sa maison mère RTL Group. Il en résulte une baisse de 20,7% de l’Ebitda à 23 M€ (contre 29M€ en 2016).

Leader du marché en Belgique francophone, RTL-TVI voit son audience progresser légèrement sur ses cibles en prime-time à 26,5%, contre 26,2% il y a un an; elle devance ainsi de 11,4 points sa principale rivale commerciale TF1. Club RTL revendique une part d’audience de 6,6% en prime time auprès de son public cible masculin (18-54 ans), contre 5,2% pour Plug RTL, qui vise les jeunes de 15 à 34 ans.

Sur le marché de la radio, où la publicité est en hausse de 5,6%, les stations de la famille RTL (Radio Contact, Bel RTL) réalisent une audience combinée de 28,8%, selon les derniers relevés du CIM.

Evoquant le plan de transformation annoncé le 14 septembre dernier, qui se traduira par une perte de 105 emplois, le rapport de RTL Group précise qu’il n’y a pas de restructuration prévue pour RTL en Belgique et qu’il existe « une probabilité raisonnable de voir le management et les représentants des travailleurs discuter des alternatives au plan préliminaire annoncé« .

Globalement, RTL Group a vu son chiffre d’affaires du 3ème trimestre progresser de 1,5%, à 1,37 Md€, grâce aux bonnes performances en Allemagne (RTL Deutschland) et en France (M6). L’Ebitda progresse de 17% à 263 M€.

RTL Belgium n’est pas à vendre

Interpellé mardi au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles par le député Olivier Maroy à propos d’une éventuelle vente des activités belges de RTL évoquée par le magazine Trends (Et si RTL Belgique était à vendre ?), le ministre des médias Jean-Claude Marcourt a confié avoir obtenu de sa direction l’assurance que « RTL-TVI n’était pas à vendre« . L’article en question échafaudait plusieurs scénarios d’une revente de RTL Belgique par le groupe allemand Bertelsmann une fois le « plan de transformation » abouti; les repreneurs potentiels seraient nombreux, allant du groupe Rossel à Audiopresse (actionnaire à 34%), en passant par De Persgroep (VTM), M6, voire même Telenet. « Il ne m’appartient pas d’inventorier toutes les éventualités d’un scénario qui est actuellement rejeté par l’entreprise, a expliqué Jean-Claude Marcourt. Je me contenterai donc de cette réponse (ndlr: de la direction). »