A l’occasion de la conférence de la présidence estonienne de l’UE qui s’est tenue cette semaine à Tallinn, les centres du cinéma membres de l’EFADs ont présenté leurs 10 priorités pour un cinéma européen concurrentiel, culturellement florissant et connecté avec ses publics.

Ces dix propositions sont le fruit de 18 mois de travail mené au sein d’un Think-Tank où différentes thématiques ont été débattues pour répondre positivement aux défis et opportunités du marché audiovisuel, notamment en termes de réglementation et de technologie. Les conclusions formulées aujourd’hui sont soumises à l’avis des parties prenantes et donc appelées à évoluer, précise l’EFADs.

Avant de formuler dix propositions d’action, l’association dresse le panorama d’un monde idéal du cinéma européen où

  • chacun pourra accéder à la diversité des films offerts en Europe et où les créateurs seront récompensés de leur créativité;
  • le cinéma européen sera reconnu par ses publics et dont la part de marché grossira pour tous les formats et dans toutes les fenêtres d’exploitation;
  • les nouveaux outils de distribution et de promotion permettront à chaque film de se connecter à ses publics;
  • les films européens jouiront d’un succès commercial sur le marché global tandis que les différents canaux d’exploitation contribueront à leur production et leur promotion;
  • les agences du cinéma, politiquement indépendantes, garantiront la liberté artistique et disposeront de financements stables;
  • la place des femmes, l’égalité des genres et la diversité de nos sociétés se refléteront dans le cinéma.

10 propositions d’action

  1. Un environnement politique, financier et réglementaire cohérent et efficace
  2. S’adapter au changement technologique en matière de communication, de business modèle, de recherche des publics. « Il est probable que le financement public du cinéma, en raison des mutations rapides du marché, devra revoir ses fondamentaux pour l’entièreté du système de financement des films ».
  3. Mettre à disposition des données complètes et transparentes, à travers toute la chaîne de valeur.
  4. Promouvoir le cinéma européen localement et globalement. « La promotion internationale des films européens doit être repensée et la distribution doit être autant valorisée par les fonds de cinéma que la production« .
  5. Créer les conditions d’existence de films européens de qualité en connexion avec l’audience visée. Cela passe notamment par davantage d’investissement dans le développement et l’écriture.
  6. Améliorer les mécanismes de coproduction. Les règles en la matière doivent être rationalisées, compatibles et plus flexibles pour favoriser une réelle collaboration artistique.
  7. Former les professionnels du film à un monde changeant. L’effort de formation doit porter tant sur les besoins artistiques que sur les développements technologiques.
  8. Education au cinéma. Permettre aux étudiants d’explorer la richesse du patrimoine cinématographique et de comprendre les ressorts du cinéma, tout en garantissant la rémunération des auteurs.
  9. Protéger et partager le patrimoine cinématographique européen. « Des solutions innovantes doivent être développée pour maximiser l’utilisation du patrimoine tant à des fins éducatives que comme inspiration pour de nouvelles histoires« .
  10. Une meilleure collaboration avec le secteur du cinéma. Les EFADS invitent toutes les parties prenantes à collaborer dans la recherche d’un nouvel écosystème du cinéma européen.

EFADs Vision Paper 2017

Le document des EFADs est sujet à commentaires jusqu’au 31 janvier 2018 en contactant leur secrétariat secretariat@efads.eu