Réunissant différents services en soutien aux projets et aux entreprises audiovisuelles à Bruxelles, screen.brussels dresse un bilan encourageant de l’année écoulée. Pas moins de 31 projets (films, séries, documentaires) ont bénéficié d’une aide globale de 3 M€. Une centaine d’entreprises ont été accompagnées dans leur développement et leur internationalisation.

Communiqué

Pour faire de Bruxelles, une terre d’audiovisuel, la Région bruxelloise a développé, il y a deux ans, une stratégie de soutien pour un secteur sous-investit depuis des années. Une stratégie payante puisqu’en 2017 screen.brussels a accompagné plus d’une centaine d’entreprises dans leur développement et leur internationalisation, investi dans 31 projets (films, séries, doc…) à hauteur de 3 millions € pour 26 millions € de dépenses générées, prêté assistance pour l’organisation de 239 tournages et financé trois entreprises à hauteur de 236.000 €.

« Au vu de ces résultats, l’action combinée des différents services de screen.brussels démontre l’utilité d’avoir un référent unique comme soutien au secteur, tant pour la Belgique que pour l’international.L’objectif était de fédérer tous les services régionaux concernés par le développement de l’industrie audiovisuelle, et de joindre les efforts pour une plus grande efficacité. Le Bilan 2017 nous prouve que nous menons une stratégie répondant aux besoins du secteur, » souligne M. Rudi Vervoort, Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

screen.brussels en ligne

En plus du bilan de chacun des services qu’offre screen.brussels (voir annexe) – aide aux projets, accompagnement et financement d’entreprises et accueil des tournages –  ce sont toute une série de projets communs qui ont été menés. A commencer par un nouveau site internet, www.screen.brussels, qui projette de constituer un annuaire des professionnels en Région bruxelloise, l’objectif étant notamment de faciliter la rencontre entre l’offre et la demande. Le site propose également un moteur de recherche et une base de données de lieux de tournages et de décors. Il recense en outre l’ensemble des projets audiovisuels soutenus par screen.brussels.

Des projets communs aux effets structurants

En 2017, screen.brussels a aussi conjointement soutenu près de septante projets destinés à  structurer le secteur audiovisuel comme 34 ateliers, rencontres et conférences (séries télés, nouvelles formes de diffusion et technologies innovantes, réalité virtuelle, gaming), le Boost Camp (programme qui a pour but d’accélérer le développement des projets de films d’initiative féminine), une formation dans des métiers en pénurie (experts en effets spéciaux) et l’accompagnement des productions pour des tournages plus écologiques et durables.

« Le fait de recentrer l’activité économique audiovisuelle sur Bruxelles est évidemment propice à la création de nouveaux emplois et notamment d’emplois aux compétences spécifiques. En effet, les projets que l’on attire génèrent de grosses charges de travail en animation ou effets spéciaux. C’est pourquoi, nous développons également des formations VFX (effets spéciaux) avec les entreprises du secteur pour des chercheurs d’emploi ayant des compétences en graphisme », explique Didier Gosuin, Ministre bruxellois de l’Economie, de l’Emploi et de la Formation professionnel.  Et de poursuivre : « Ce n’est qu’un exemple, les mêmes besoins, les mêmes promesses de mises à l’emploi ont été rapportés pour les métiers d’administrateur de productions ou d’experts en traitement de datas. »

De Bruxelles … vers l’international

« Il n’y a pas que les projets qui traversent les frontières, mais aussi les personnes. C’est pour cela que la Région accompagne de nombreux entrepreneurs de la filière audiovisuelle dans leur développement international. Une attention particulière est également apportée sur les stratégies d’attraction d’investisseurs étrangers à Bruxelles, notamment dans le cadre du projet mediapark » rappelle Cécile Jodogne, Secrétaire d’Etat en charge du Commerce extérieur.

L’action de screen.brussels se déploie également dans la participation conjointe aux événements majeurs du calendrier audiovisuel international, forums de co-productions, marchés et festivals de cinéma, d’animation, de séries, documentaires, de réalité virtuelle et de nouveaux formats innovants. On se rappelle par exemple la forte présence bruxelloise au Festival de Venise, avec trois films en première mondiale (Le Fidèle, Tueurs, Hannah).

http://screen.brussels/fr