Pour des raisons de sécurité, le bourgmestre de la ville de Mons Elio Di Rupo a décidé de fermer le cinéma art & essai Plaza Art. Un appel à candidatures devrait être lancé pour trouver un partenaire privé à même de rénover et gérer à l’avenir le cinéma de la rue de Nimy.

Suite à leur inspection, les pompiers ont établi mardi un rapport constatant que « l’établissement ne répond pas de manière satisfaisante à la réglementation d’application et aux règles de bonne pratique en matière de sécurité incendie » et se donc déclarés « défavorables à la poursuite de l’activité« . Les exploitants avaient 48 heures pour fermer le cinéma.

Créé en 1994 sur le site de l’ancien cinéma Patria fondé en 1937, le Plaza Art comporte 4 salles et 334 fauteuils et accueille chaque année environ 60 000 spectateurs, dont un tiers de scolaires, au coeur de la ville de Mons. Une large part de sa programmation est dévolue au cinéma d’auteur, au cinéma belge (avec bon nombre d’avant-premières) et au documentaire, sans pour autant négliger de grosses productions comme The shape of water, le film oscarisé de Guillermo Del Toro, actuellement à l’affiche. En début d’année, la Fédération Wallonie-Bruxelles avait renouvelé son soutien au Plaza à hauteur de 100 000 € par an dans le cadre d’une convention de quatre ans.

Depuis 1996, il fait partie du réseau européen Europa Cinemas. Il constitue également l’un des points d’ancrage au centre ville du Festival du Film d’Amour de Mons, dont l’édition 2018 fut annulée suite à des allégations (non fondées !) à l’encontre de son délégué général André Ceuterick, par ailleurs gérant du Plaza Art.

Le propriétaire des lieux, Mons Rénovation, émanation de la Ville,  estime les coûts de rénovation à 4,5 M€ qui pourraient être financés par l’intercommunale IDEA en puisant dans le trésor de guerre constitué lors de la revente de son réseau de télédistribution à VOO. Un opérateur privé se serait montré intéressé par la reprise du Plaza Art, mais la Ville tient à ce que soient préservés sa programmation art & essai, ses activités pédagogiques et son projet culturel.

Dans un communiqué, les travailleurs du Plaza Art disent regretter « la brutalité de la décision, prise dans l’urgence, alors que l’état du bâtiment est connu depuis des années par les autorités de la Ville« . Ils pointent également « le manque de vision, d’anticipation et de transparence dans la communication« .

Il s’agit en tout état de cause d’une très mauvaise nouvelle pour le paysage cinématographique belge où l’on déplore régulièrement le manque de salles pour le cinéma d’auteur.

http://plaza-art.be/