Les nombreux Européens qui s’apprêtent à passer leurs vacances de Pâques (ou de printemps) à l’étranger pourront continuer à regarder leurs films et programmes préférés où qu’ils se trouvent dans l’UE. Le nouveau règlement européen sur la portabilité des abonnements entre en effet en vigueur ce 1er avril.

Les responsables des institutions européennes (Andrus Ansip et Mariya Gabriel pour la Commission européenne, le ministre bulgare Ivaylo Moskovski pour le Conseil, et les parlementaires européens Pavel Svoboda et Jean-Marie Cavada) se sont fendus pour la circonstance d’une déclaration commune :

«Les citoyens sont au cœur de nos initiatives numériques. À compter du 1er avril, où qu’ils se trouvent dans l’UE, les Européens pourront utiliser les abonnements numériques qu’ils ont souscrits dans leur pays et profiter de leurs films, séries télévisées, compétitions sportives, jeux ou livres numériques favoris. Ces règles s’appliqueront aux services payants, mais les fournisseurs de contenu gratuit pourront également les appliquer.Les fournisseurs de contenu en ligne en bénéficieront également car ils n’auront plus à acquérir de licences pour les pays dans lesquels se rendent leurs abonnés.

Depuis juin 2017, les consommateurs européens ne paient plus de frais d’itinérance. La suppression des entraves qui, pendant longtemps, ont empêché les Européens d’avoir accès au contenu et aux médias faisant partie de leurs abonnements numériques lorsqu’ils étaient en déplacement n’était donc qu’une évolution logique .

Ces nouvelles règles sont adaptées aux nouveaux comportements et habitudes des Européens dans le domaine des nouvelles technologies. Ainsi, le budget que les consommateurs ont consacré aux services de vidéo sur abonnement a progressé de 113 % par an entre 2010 et 2014, et le nombre d’utilisateurs a augmenté de 56 % entre 2014 et 2015. On estime également qu’au moins 29 millions de personnes, soit 5,7 % des consommateurs de l’UE, pourraient utiliser la portabilité transfrontière, et que ce nombre pourrait atteindre 72 millions d’ici à 2020.

En outre, pour près de 60 % des jeunes Européens, le fait de pouvoir profiter de leurs abonnements lorsqu’ils voyagent est un facteur important dans leur décision de s’abonner à des services en ligne. En faisant de la portabilité une réalité, les nouvelles règles répondent à ce souhait tout en permettant aux fournisseurs de services de voir leur nombre d’abonnés augmenter.

L’accord sur la portabilité est le fruit de l’étroite collaboration entre les institutions européennes et les entreprises européennes et les parties prenantes. Nous sommes persuadés que les diffuseurs et les plateformes considéreront cette évolution comme l’occasion d’améliorer les expériences d’utilisation. Aujourd’hui, nous avons posé un nouveau jalon vers la création d’un marché unique numérique et d’une société numérique européenne unie, accessible à tous nos citoyens et bénéfique pour nos entreprises.»

Rappelons qu’en Belgique, les services Auvio de la RTBF et RTL Play de RTL sont d’ores et déjà disponibles à travers l’UE en vertu du règlement portabilité.

Q&A sur la portabilité des services de contenus en ligne