Le réseau de salles indépendantes Europa Cinemas a enregistré l’an dernier 39,2 millions d’entrées pour les films européens, dont 21,12% pour les films européens non nationaux; cela représente une légère baisse de 3,9% par rapport à 2016 alors que le réseau s’est accru de 26 cinémas (73 écrans) pour atteindre 1050 cinémas membres.

Répartis dans 34 pays, ces cinémas ont consacré près de 58% de leurs séances et 54% de leurs entrées au cinéma européen, ce qui représente 26 points de plus que l’ensemble du marché, selon les chiffres de l’Observatoire européen de l’Audiovisuel.

Les films les plus vus à travers le réseau sont The Square de Ruben Östlund, lauréat 2017 de la Palme d’Or, qui totalise 818 000 entrées sur une vingtaine de pays, suivi de Victoria and Abdul de Stephen Frears et The Other Side of Hope d’Aki Kaurismäki qui franchissent tous deux les cap des 500 000 entrées. « Le film d’animation polonais Loving Vincent presque expérimental, s’affiche comme le phénomène de l’année avec 450 000 entrées dans 470 salles et une vingtaine de pays« , relève Europa Cinemas dans son communiqué. Toni Erdmann de Maren Ade et Elle de Paul Verhoeven, présentés à Cannes il y deux ans, ont poursuivi leur carrière à plus de 350 000 entrées, totalisant respectivement 1,3 million et 636 000 entrées dans le réseau. 120 battements par minute de Robin Campillo suit le mouvement, totalisant déjà 330 000 spectateurs en 2017.

featured
The Square de Ruben Östlund, lauréat 2017 de la Palme d’Or, totalise 818 000 entrées sur une vingtaine de pays

Investissements en fonds propres

Dans le numéro de la revue du réseau publiée à l’occasion du festival de Cannes, son directeur Claude-Eric Poiroux évoque les nombreux défis que doivent relever les salles : compréhension des goûts et des attentes des publics, faire des salles le lieux de rencontre de la diversité du cinéma européen et de l’interaction sociale… Il remarque également que « la fin des VPF, la contribution payée par les distributeurs, n’est pas une bonne nouvelle pour le secteur de l’exploitation qui devra financer sur fonds propres les amélioration nécessaires de la projection, de l’accueil et du confort, dans un contexte d’innovation technologique permanente« .

Plus de détails