Communiqué de presse

L’Observatoire européen de l’audiovisuel publie un nouveau rapport gratuit sur la visibilité des œuvres audiovisuelles sur les services de VOD à l’acte.

Au vu de l’augmentation de la consommation de contenus télévisuels sur les services de VOD, l’Observatoire européen de l’audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l’Europe à Strasbourg, et la DG Connect de la Commission européenne ont décidé de réaliser un nouveau rapport inédit sur la visibilité des œuvres audiovisuelles européennes dans cinq pays de l’Union européenne. Ce rapport – The visibility of audiovisual works on TVOD – Edition 2018 – est signé Gilles Fontaine, responsable du département Informations sur les marchés de l’Observatoire.

Ce nouveau rapport révèle que, globalement, les films européens font bien l’objet d’une promotion et d’une mise en valeur sur les services de VOD. Néanmoins, leur promotion par titre est plus faible que celle des films américains. En outre, les campagnes de promotion des films européens se concentrent sur un nombre limité de titres et se déroulent principalement dans leur pays d’origine.

Par ailleurs, le rapport établit les constats suivants :

  • La promotion cible massivement les films récents (91%). Non seulement les films récents ont plus de chances d’être promus, mais ils ont également davantage de spots promotionnels par film.
  • Seul un nombre limité de films bénéficie d’une promotion intensive. Les 10 films les plus promus représentent 28,5 % de tous les spots promotionnels et sont tous d’origine américaine.
  •      Les campagnes de promotion des films européens se concentrent sur un nombre limité de titres : la part du top 10 des spots promotionnels pour films européens est supérieure à celle des spots pour films américains si l’on considère la situation pays par pays. Le top 10 des films européens les plus promus révèle une forte présence du Royaume-Uni (dont 2 productions soutenues par des studios américains) et de la France.
  • Les films européens les plus promus le sont principalement dans leur pays d’origine, à la différence des films américains qui bénéficient d’une forte présence et d’une promotion intensive dans de nombreux pays et services.

Télécharger le rapport ici