Le Parlement européen a attribué aujourd’hui à Strasbourg son Prix LUX du cinéma au film de la réalisatrice macédonienne Teona Mitevska « Dieu existe, son nom est Petrunya« .

 Il raconte l’histoire d’une jeune femme sans emploi qui remporte la sainte croix pendant la cérémonie orthodoxe de l’épiphanie. Elle a alors soudainement accès à une tradition religieuse ouverte aux hommes uniquement. Ce film contribue ainsi à la lutte féministe et à la lutte contre les sociétés conservatrices. Il s’agit d’une co-production entre la Macédoine du Nord (Sisters and Brother Mitevski), la Belgique (Entre Chien et Loup), la Slovénie (Vertigo), la Croatie (Spiritus Movens) et la France (EZ Films). Il fut présenté en février au Festival de Berlin où il remporta le Prix du jury oecuménique et le Film Guild Award.

Recevant son prix des mains du Président du Parlement européen David Sassoli, la réalisatrice Teona Strugar Mitevska, lauréate du Prix Lux a déclaré : « l’avenir de l’Europe est dans l’inclusion et pas dans l’exclusion ! » « Avoir accès à tant d’écrans en Europe pour un petit cinéma confidentiel comme le nôtre est incroyable, s’est-elle réjouie cet après-midi en conférence de presse. C’est capital en termes de liberté de création et d’expression. »

Notre Parlement est le seul au monde à décerner un prix du cinéma, a remarqué David Sassoli. Nous devrions en être fiers. Longue vie à la liberté d’expression, longue vie au cinéma européen, et longue vie au prix LUX ! ».

Les deux autres films sélectionnés pour le prix 2019 étaient le documentaire « Cold Case Hammarskjöld » du réalisateur danois Mads Brügger et « El Reino » de Rodrigo Sorogoyen. Cold Case Hammarskjöld est consacré à la disparition mystérieuse dans un accident d’avion du secrétaire général de l’ONU Dag Hammarskjöld, défenseur de l’indépendance du Congo et de ce fait impopulaire auprès des puissances occidentales présentes sur le continent africain. Il s’agit d’une co-production entre le Danemark (Wingman Media), la Norvège (Piraya Film), la Suède (Laika Film) et la Belgique (Associate Directors).

El Reino » de Rodrigo Sorogoyen, une coproduction entre l’Espagne (Tornasol) et la France (Le Pacte). Manuel López-Vidal est un homme politique influent dans sa région.
Alors qu’il doit entrer à la direction nationale de son parti, il se retrouve impliqué dans une affaire de corruption qui menace un de ses amis les plus proches. Pris au piège, il plonge dans un engrenage infernal…

La vice-présidente du Parlement, Klara Dobrev, a rappelé que les films du Prix Lux sont traduits en 24 langues. « Le Parlement veut ainsi montrer à quel point il est engagé pour la culture européenne ». Grâce à des partenariats à travers toute l’Europe, ce prix va évoluer pour faire participer le public européen, a-t-elle annoncé. « Le cinéma est en prise directe avec notre travail au Parlement européen en abordant des questions qui touchent tous les citoyens« , estime de son côté la présidente de la commission Culture du Parlement, Sabine Verheyen. Elle a regretté cependant que le débat en cours pour l’établissement du nouveau cadre financier européen « se montre beaucoup moins généreux en faveur de la culture que ce que préconise le Parlement« .

Visionner la conférence de presse