Communiqué de presse (CCA)

93 projets sont soutenus, pour un montant total de 6 239 400 d’euros répartis entre 36 longs métrages, 15 courts métrages, 40 documentaires de création et 2 Films Lab qui reçoivent une promesse d’aide à l’écriture, au développement ou à la production.

Longs métrages

Huit longs métrages d’initiative belge francophone sont aidés à la production. Joachim Lafosse revient avec Les intranquilles et David Lambert avec Les tortues. Arnaud Demuynck est soutenu pour le film d’animation pour enfants Yuku et la fleur d’Himalaya, ainsi qu’Ivan Goldschmidt pour Chaleur sans frontières, une comédie se déroulant dans le milieu des ONG. Dans Le passage, Mohamed Amin Benamraoui raconte l’histoire d’un passeur de migrants au nord du Maroc. Deux premiers longs métrages sont également aidés : Rien à foutre (le monde n’attend pas) d’Emmanuel Marre et Temps mort d’Ève Duchemin qui, après son Magritte du meilleur documentaire pour En bataille, portrait d’une directrice de prison, suit trois détenus durant leur première permission. Olivier Van Hoofstadt (Dikkenek) reçoit, quant à lui, une aide après réalisation pour Lucky, qui sortira le 26 février.

Huit films d’initiative étrangère reçoivent par ailleurs une aide à la production, dont Julia Ducournau (Grave) pour Titane et Susanna Nicchiarelli (Nico, 1988) pour Miss Marx, centré sur la plus jeune fille de Karl Marx.

16 soutiens à l’écriture sont apportés. On retrouve notamment Appelle-moi Marie de Cesar Díaz (Caméra d’Or à Cannes pour Nuestras Madres) et Le sommeil des Amazones de Bérangère McNeese, dont le court métrage Matriochkas vient de remporter le Magritte du meilleur court métrage de fiction. Après The Mercy of the Jungle, Joël Karekezi prépare Capitaine Mbaye en coréalisation avec Aurélien Bodinaux, dont l’action se situera au Rwanda en 1994. Jean-François Hensgens, coréalisateur de Tueurs, écrit avec Bulle Decarpentries le long métrage Spa Francorchamps.

Documentaires

Parmi les 17 documentaires aidés à la production, Caroline D’Hondt part au Pôle Nord dans Road to Nowhere tandis que Marc-Henri Wajnberg retourne au Congo avec Chancelvie. Jérôme Laffont et Joachim Thôme posent leur caméra devant le célèbre tableau « L’Adoration de l’agneau mystique » dans Van Eyck ou la tentation du réel. Après Rêver sous le capitalisme, Sophie Bruneau pose son regard, avec Marie-Françoise Plissart, sur l’atelier du célèbre peintre français dans Les vanités de Cézanne. L’artiste plasticien Vincent Meessen réalise Juste un mouvement, sur le militant sénégalais Omar Blondin Diop, et Laurent Van Lancker met en parallèle des histoires de migrants actuels et d’il y a un siècle dans Des chiens et des dieux.

Choisir sa mort de Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune (Au bonheur des dames) sur l’histoire de patients et soignants en consultation de « fin de vie » fait partie des 4 documentaires soutenus au développement.

10 aides à l’écriture sont octroyées. Mary Jimenez et Bénédicte Liénard (By the name of Tania) écrivent Fuga, un plongeon dans la communauté transsexuelle de l’Amazonie péruvienne. Jasna Krajinovic prépare Rashid, sur la reconstruction d’un enfant Yézidi après plusieurs années passées dans les prisons de Daech. Nicolas Graux quitte lui le Laos de Century of Smoke pour la Sibérie, dans 12 months of winter.

Courts métrages

Le comédien Yoann Zimmer – que l’on verra prochainement dans le prochain film de Lucas Belvaux, Des Hommes – est aidé pour son premier court métrage, Sauce à part, tout comme Éric Ledune pour Camille, son nouveau court d’animation après Pornography (Magritte du meilleur court métrage d’animation). Au total, 14 courts métrages d’initiative belge francophone sont soutenus à la production.

Enfin, deux Films Lab reçoivent une aide, dont Géographie du fantôme de Martine Doyen.