(Communiqué – Parlement européen)

Des mesures européennes supplémentaires sont nécessaires pour s’assurer que l’aide atteigne les secteurs dévastés des médias et de la culture, estime la commission de la culture du PE.

 

Les secteurs de la culture et de la création dans l’Union européenne – en particulier les créateurs individuels et les PME – ainsi que le secteur des médias sont décimés par la crise.

Par conséquent, l’UE doit agir davantage pour aider ces secteurs en difficulté à se remettre sur pied, soulignent les membres de la commission de la culture et de l’éducation du Parlement européen, dans une lettre adressée lundi aux commissaires Thierry Breton et Mariya Gabriel.

Fonds de soutien d’urgence pour les médias

Le secteur des médias et de la presse joue en ce moment un rôle crucial en fournissant des informations vérifiées et des reportages approfondis. Il représente un antidote essentiel aux fausses nouvelles et à la désinformation, estiment les députés. Pourtant, le secteur est actuellement très durement touché, avec une baisse des recettes publicitaires allant jusqu’à 80% dans certains États membres et l’incertitude étant la seule certitude pour l’avenir.

Les députés demandent à la Commission d’étudier la possibilité de créer un fonds d’urgence pour soutenir le secteur des médias et de la presse, en utilisant des fonds qui ne peuvent être dépensés dans le cadre d’autres programmes en raison de la pandémie de COVID-19.

Secteurs de la culture et de la création: aider les créateurs individuels

Les députés soulignent que les secteurs culturel et créatif sont composés de nombreux créateurs individuels et de PME, ainsi que d’organisations caritatives. Leur statut complique souvent leur éligibilité aux régimes d’aide nationaux ou européens.

Pour s’assurer que les fonds de l’UE leur parviennent, les députés demandent à la Commission d’envisager d’augmenter le mécanisme de garantie en faveur des secteurs de la culture et de la création (programme « Europe créative ») en le complétant à partir du budget 2021 ou en transférant une enveloppe depuis le Fonds européen pour les investissements stratégiques.

Par ailleurs, il faudrait également envisager la création d’un instrument financier ad hoc dans le cadre du Fonds européen d’investissement pour canaliser les financements vers ces secteurs.

La réponse de l’UE au COVID-19 est un bon début, mais il faut faire plus

« Les changements apportés aux règles relatives aux Fonds structurels, adoptés par le Parlement européen vendredi, peuvent contribuer à débloquer des financements supplémentaires. Les projets traitant de l’impact de la pandémie de COVID-19 sont désormais éligibles à un financement à 100% et les règles de concentration thématique ont été assouplies, de sorte que les fonds puissent être plus facilement acheminés là où ils sont le plus nécessaires », a déclaré lundi la présidente de la commission de la culture,Sabine Verheyen (PPE, DE).

« Cet argent doit rapidement parvenir aux secteurs de la culture, de la création et des médias en répondant aux modèles commerciaux spécifiques et à leurs besoins particuliers. Nous appelons la Commission et les États membres à veiller à ce que les programmes de soutien atteignent tous ceux qui en ont besoin. Mais nous devons également faire plus au niveau de l’UE pour fournir un soutien adapté aux secteurs ainsi que pour fournir des crédits et un accès au financement des secteurs culturel et créatif », a-t-elle ajouté.


Soutenir la culture, la création et les médias

Le 17 avril, le Parlement européen avait adopté une résolution sur une action coordonnée de l’Union pour combattre la pandémie de COVID-19 et ses conséquences. Il y est fait notamment écho à la nécessité de soutenir les secteurs de la culture, de la création et des médias, lourdement impactés par la crise sanitaire.

Dans cette résolution, le Parlement :

souligne que les secteurs de la culture et de la création des États membres ont été particulièrement frappés par la crise du COVID-19 en raison de la fermeture des cinémas, des théâtres et des salles de spectacle et de l’arrêt brutal de la vente de billets;

observe que comme ces secteurs comptent un nombre élevé de travailleurs freelance et indépendants, dont beaucoup connaissaient déjà des difficultés bien avant la pandémie, les conséquences sont particulièrement graves pour les professionnels de ces secteurs dont les recettes ont été réduites à néant de manière imprévisible et qui disposent désormais d’un soutien réduit ou ne disposent d’aucun soutien du système social;

demande à l’Union et aux États membres de soutenir les secteurs de la culture et de la création car ils jouent un rôle essentiel sur le plan économique et de la vie sociale et sont gravement touchés par la crise actuelle; …

souligne la situation financière particulièrement grave et qui ne cesse d’empirer dans l’ensemble de l’Union du secteur des médias, notamment des médias d’information, en raison de la chute brutale voire la perte totale des recettes publicitaires, ce qui pourrait entraîner la faillite de certains organes de presse dans les États membres;

souligne la situation particulièrement dramatique des médias d’information locaux et régionaux et des médias de niche; rappelle que des médias libres, indépendants et correctement financés sont essentiels au bon fonctionnement de la démocratie et à la bonne information des citoyens tout au long de cette crise;

Résolution du Parlement européen du 17 avril 2020 sur une action coordonnée de l’Union pour combattre la pandémie de COVID-19 et ses conséquences (pdf)